PtitJoz

sans partage, le savoir n'est rien.

Un matin d'école, la dictée

Rédigé par ptijoz 1 commentaire
La dictée

Sur ce cahier, il fallait écrire ces mots que le Maître dictait.
Ne pas faire de faute surtout pas. ce serait une note qui compterait pour le bulletin.
L'instituteur répétait les phrases, les mots d'un ton qui me faisait peur.
Quelques fois il s’arrêtait quelques instants au dessus de mon cahier
j'essayai alors de le cacher car j'avais peur de m'être trompé.
Il marchait, d'un pas lent entre nos tables en lisant son texte.
J'étais en retard, déjà, à écrire la phrase d'avant ; alors d'un coup d’œil je regardai le cahier de mon voisin. Ne pas se faire prendre.. Non je ne voulais pas tricher, j'étais de plus en plus en retard.
Les phrases étaient dictées les unes après les autres trop rapidement à mon avis. Alors plus beaucoup le temps de réfléchir sur l'accord des verbes et des participes et puis ce mot étrange - où l'avait-il trouvé ? -  faut-il mettre un "R" ? deux "RR"  ?  un "L" ? deux "LL" ? angoisse, tans pis, je mets un "R" et deux "LL". Et que voulait dire ce texte ? je n'ai pas eu le temps d'y réfléchir, c'était une dictée.
Angoisse, crainte, peur. Vivement la délivrance...  mince une tache, une rature.. encore des points en moins..
Soudain j'entends "Point final !" Ah.. là je suis en retard au moins de deux phrases. Et le voila, le maître qui relit tout le texte en nous demandant de relire le nôtre.
Mais je n'ai pas fini d'écrire; et pendant qu'il relit à voix haute, j'essaie de lire et en même temps  d'écrire des mots oubliés.. 
je souffre sur ce banc d'école. Pourtant j'aurais bien aimé voyager dans les livres mais là, non cette dictée est un supplice, un de plus...
Le maître dit : vous avez cinq minutes pour vous relire... alors je relis, je rajoute un "s" par ci un "x" par là et barre un mot pour le réécrire... mais je ne suis plus sûr de rien. j'ai envie de pleurer. Mon voisin a fini, il a l'air heureux, je lève un instant la tête. Beaucoup semblent avoir fini. Et tout à coup je croise le regard du maître, je me sens transpercé. Qu'est-ce qu'il pense ? "ce cancre là va encore avoir une mauvaise note, et en plus il triche !" ou alors "C'est bien il fait des efforts, il mériterait une bonne note"  ? J'ai peur que ça soit ma première idée qui soit la vraie.
Je jette un furtif coup d''œil sur le cahier de mon voisin, Ah ! il a écrit ce mot différemment de moi. il me regarde et rit discrètement ...  moi je ne ris pas pas, et je retiens mes larmes comme j'ai appris à le faire depuis que je suis dans cette école que je déteste.
Posez-vos stylos. Trop tard je vois encore des fautes. c'est fini.

C'est la récréation... tous dehors semblent heureux. je marche le long du mur, j'aimerai tant être de l'autre côté...

Dans quelques minutes, ce sera l'épreuve de calcul. encore un cauchemar à vivre.

je voudrais que tout s'arrête, que je sorte de ce mauvais rêve. mais non, il faut se mettre en rang. L'instituteur me regarde, secoue imperceptiblement sa tête et  je baisse la mienne...  il a du lire ma dictée... 


Classé dans : Poésie Mots clés : aucun

1 commentaire

#1  - Harmonia.Messidor a dit :

J'ai beaucoup aimé l'article sur la dictée ! Il traduit parfaitement l'angoisse de l'écolier, devant les choix qui s'offrent à lui, et la peur de la faute... Tous les enfants ont certainement vécu cette situation !

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot prvkib ?

Fil RSS des commentaires de cet article